Bipper universel


   

Fonctionnement du bipper : 

La fonction de ce dernier est d’injecter sur la ligne BF micro une tonalité de l’ordre de 1 kHz pendant un temps « t » déterminé par l’utilisateur. Cette opération sera effectuée lors du relâchement de la ligne PTT par l’opérateur. il conviendra donc de mesurer en permanence cette ligne PTT et de la maintenir lors de la production de la note.

 

 

Le bipper est constitué d’un oscillateur BF formé par deux portes NAND (non ET) . Les signaux issus de cet oscillateur sont naturellement carrés et peu mélodieux. Deux cellules RC passe-bas ont pour fonction d’éliminer les harmoniques du signal et ainsi de l’adoucir considérablement. Un potentiomètre de 10 kW permet de régler le niveau d’injection. Notons que tout potentiel sur les broches 1-2 (masse ou +Vcc) bloque l’oscillateur.

La logique de commande est fort simple. Au repos en réception, le contact PTT du micro est relâché, les broches 8-9 voient le +Vcc, donc un niveau 1, la sortie 10 est à l’état 0 (les NAND sont montés en inverseur), le transistor de commande est bloqué (base à la masse). Les broches 12-13 sont également à l’état bas, la broche 11 à l’état haut. Cette tension ramenée par la diode passante bloque l’oscillateur.



Lors du passage en émission, le contact PTT applique la masse au point commun des diodes ce qui d’une part bloque l’oscillateur BF et d’autre part permet au condensateur de se charger. Parallèlement, cette masse est appliquée aux broches 8-9, la sortie 10 présente alors un état haut qui sature le transistor de commande PTT

Lors du relâchement de la commande PTT, le condensateur se décharge dans la résistance maintenant ainsi pendant un temps « t » fixé par le produit RC le transistor passant. Pendant cet intervalle de temps, l’oscillateur ne reçoit plus aucune tension sur les broches 1-2 et oscille.

 

Réalisation :    

Reportez-vous au schéma d’implantation pour le câblage, veillez à câbler le strapp sur le circuit imprimé. ATTENTION au câblage du 2N2222, j'ai utilisé (à l'insu de mon plein gré) une empreinte non valide ce qui fait qu'il faut faire passer la connexion de base entre les connexions émetteur/collecteur sur le transistor pour respecter l'implantation du ciecuit imprimé. SRI



 


circuit imprimé vu côté cuivre dimensions finales 55 * 35 mm

 

Interconnexion avec un transceiver (cf schéma d’interconnexion) :  

Le bipper sera alimenté par une pile 9V. Cette dernière, le circuit imprimé et la connectique seront intégrés dans une boîte de préférence métallique. Concernant les connecteurs il faudra monter sur cette boîte un connecteur de panneau correspondant à celui utilisé sur le micro. Pour la sortie vers le transceiver, un connecteur n ‘est pas indispensable, un câble blindé solidement fixé convient parfaitement, cette dernière solution économise une fiche de panneau souvent difficile à approvisionner. Le point chaud du PTT (l’autre étant connecté à la masse) sera relié à l’entrée repérée « commande PTT » sur le schéma d’implantation.

La masse micro s’il elle existe et la masse générale seront reliées ensemble sur le circuit imprimé sur la surface notée « masse ».
En sortie du bipper, nous avons la commande PTT (le collecteur ouvert du transistor) qui ira sur la broche PTT du transceiver, la masse du circuit sera reliée à la masse du transceiver et la sortie de la tonalité BF (indiquée par la mention « vers micro ») à l’entrée micro. Il faudra naturellement utiliser du câble blindé.



Réglages :  

Deux réglages à effectuer : la durée du bip par le potentiomètre de 470k et le niveau d’injection du bipper par le potentiomètre de 10 k. Pour ce dernier, veillez à avoir le niveau le plus bas possible de manière à éviter de saturer l’entrée micro, méfiez-vous en particulier des wattmètres à aiguilles qui sont dotés d’une forte inertie.Pour effectuer ce réglage, mettre l’injection à 0 (curseur vers la masse) puis en manoeuvrant la commande PTT augmenter lentement le niveau.

L’idéal serait de contrôler à l’oscillo mais tout le monde ne dispose pas d’un appareil muni d’une BP de cet ordre. Contrôlez-vous avec un autre RX a proximité, le niveau du bip doit correspondre à votre niveau moyen de parole. Quand ce point est atteint, ramenez légèrement le curseur en arrière et résistez à la tentation du Tune for a Max.  

 
Le bipper en cours d'intégration



Spectre de sortie (en ayant modifié les valeurs du filtre)


 

Retour vers la page d'accueil du site F6CRP
Retour vers la page d'accueil du traité d'électricité et d'électronique

Conception-réalisation : Denis Auquebon F6CRP